Comment surmonter la peur de l’échec ?

 La peur de l’échec provient principalement de l’idée que l’on s’en fait. Notamment car dès notre plus jeune âge, nous devions faire face à celle-ci.

La peur de l’échec provient principalement de l’idée que l’on s’en fait. Notamment car dès notre plus jeune âge, nous devions faire face à celle-ci.

Intro

Dès notre plus jeune âge, nous devions faire face à la peur de l’échec.

Comme par exemple, réussir à répondre à la maîtresse en classe sinon les autres vont se moquer, ou alors gagner cette compétition de sport pour rendre fier ses parents.

Sauf que toute notre vie, nous vivons de très nombreux échecs. (Personnels, professionnels, sportifs, et j’en passe).

Pourtant, si nous voulons vivre notre vie comme nous le souhaitons et réaliser nos rêves, il va falloir avancer et lancer des projets, même si l’échec est possible.

Du coup, nous sommes tiraillés entre notre envie de réussir nos projets et vivre une vie de rêve et cette peur de l’échec qui nous tire vers le bas.

Et s’il existait une solution ?

Dans cet article, j’ai donc décidé de parler de comment surmonter la peur de l’échec ?

Dans un premier temps, je vais vous expliquer pourquoi nous avons autant peur de l’échec.

Dans un second temps, je vais vous montrer comment surmonter la peur de l’échec.

Bonne lecture !

PS : J’attends votre avis avec impatience ! D’ailleurs, arrivez-vous à surmonter cette peur de l’échec ?

Partager l'article :

Au programme du jour :

  • Émotion instinctive.
  • Douleurs du passé.
  • Peur de l’avenir.
  • Se comparer aux autres.
  • Déstigmatiser l’échec.
  • Se fixer des objectifs et non des rêves.
  • Oublier le passé.
  • Devenir optimiste envers l’avenir.
  • Résumé.
  • Aller plus loin.

Pourquoi avons-nous peur de l’échec ?

Émotion instinctive.

Pour commencer, il faut savoir que la peur est une émotion instinctive.

En effet, la fonction principale de la peur est de nous protéger d’un danger imminent. Ceci est l’une raison pour laquelle nous avons survécu aussi longtemps, notamment face à la nature, aux autres humains, aux maladies, aux guerres et aux différentes menaces qu’on vécu les hommes depuis la nuit des temps.

Cependant, la peur de l’échec est infondée.

Cette peur vient notamment de l’idée que l’on se fait de l’échec, car un échec n’est pas un danger ou une menace pour notre vie. Au pire des cas, vous serez légèrement humilié par certaines personnes toxiques.

BONUS : 5 étapes fondamentales pour faire de votre vie une réussite. ​

Douleurs du passé.

La principale raison pour laquelle nous avons peur de l’échec, c’est à cause de la malveillance des autres durant notre enfance ou notre passé.

En effet, je ne sais pour quelle raison, il est plutôt mal vu d’échouer.

Que ce soit à l’école, dans le sport, dans sa vie professionnelle ou personnelle, il est clairement pas bien vu de se tromper et d’échouer.

Du coup, tous nos échecs (même les petits) renforcent cette peur d’échouer et de recevoir les différentes moqueries et jugements des autres.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les douleurs et la souffrance, je vous invite à lire cet article sur la souffrance dans le bouddhisme.

Peur de l’avenir.

Qu’on se le dise, la période actuelle où j’écris ces lignes est du pain béni pour la peur de l’échec.

Notre avenir est très incertain, nous n’avons aucune idée de comment vont se passer les prochains mois, voire les prochaines années.

Cette incertitude est douloureuse car nous hésitons à lancer des projets, nous avons peur qu’à cause de l’environnement actuel, nos projets n’aboutissent pas.

Cela renforce donc encore et toujours cette fameuse peur de l’échec.

Se comparer aux autres.

Se comparer aux autres peut être une bonne idée d’un sens. Par exemple, vous regardez ce que font les meilleurs dans votre domaine pour vous inspirer et réussir.

Cependant, on ne voit souvent que le sommet de l’iceberg, une personne à qui tout réussit, riche et renommée dans son domaine.

La vérité, c’est que toutes les personnes qui ont réussi sont passées par l’échec, le doute, la peur, beaucoup de temps, et bon nombre de difficultés. Évidemment, nous ne voyons pas tout cela.

Du coup, voir la réussite des autres nous met une sorte de pression malsaine car nous espérons faire aussi bien qu’eux le plus rapidement possible. En oubliant les années de travail acharnée derrière.

Si vous souhaitez aller plus loin sur le sujet, je vous invite à lire notre article sur la jalousie.

Pour résumer :

La peur de l’échec provient principalement de l’idée que l’on s’en fait. Notamment car dès notre plus jeune âge, nous devions faire face à celle-ci.

Comment surmonter la peur de l’échec ?

Dé-stigmatiser l’échec.

Je pense que la première chose à faire est de déstigmatiser l’échec.

On se fait un monde de l’échec, comme si échouer allait ruiner notre vie et nous apporter tout un lot de souffrance.

La vérité, c’est que nous échouons 100 fois plus que nous réussissons.

Par exemple, si votre objectif est d’écrire un livre, comme ça été mon cas, il y a de fortes chances pour que rien ne se passe comme prévu. Vous allez louper les deadlines, ne pas réussir à entrer toutes vos idées dans le livre, ne pas trop apprécier certains passages, peut être ne pas faire autant de ventes que vous espériez et j’en passe…

Cependant, votre réussite est là, vous aurez eu une belle aventure, écris un livre et même s’il n’est pas bestseller, vous allez avoir de nombreux bons retours.

Alors arrêtez de vous focaliser sur l’échec et focalisez vous sur les réussites.

Se fixer des objectifs et non des rêves.

Si on reprend l’objectif d’écrire un livre, il faut trouver la limite entre l’objectif ambitieux et le rêve.

Je ne dis pas que si vous partez de zéro, (premier livre, aucune communauté, peu de connaissances en ventes) vous n’allez pas faire un bestseller et vendre des dizaines de milliers de livres dès les premiers mois de la sortie du livre. Cependant, c’est très peu probable.

Et c’est normal, puisque apprendre à vendre, à créer une communauté et à écrire un bon livre s’acquière avec le temps et l’expérience.

Le problème, c’est que souvent nous nous fixons des objectifs très très ambitieux et cela nous met une pression telle que nous sommes constamment en train de douter de notre objectif.

Alors revoyez plutôt vos objectifs à la baisse et utilisez la méthode SMART.

D’ailleurs, si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à lire cet article sur la méthode SMART pour se fixer des objectifs.

Oublier le passé.

Qu’on se le dise, nous vivons rarement dans le moment présent. Un coup nous vivons les souffrances du passé, un coup nous vivons l’anxiété de l’avenir.

Alors si vous voulez ne plus subir cette peur de l’échec, il va falloir travailler sur vous et notamment sur votre passé.

Si vous avez des rêves ambitieux et des objectifs difficiles à atteindre, vous ne pouvez pas avoir de la place pour le doute et encore moins pour la peur.

Vous devez absolument oublier vos différentes souffrances vécues par le passé. D’ailleurs, pour cela, rien de plus simple, il suffit simplement de se dire cela : “ Ce n’est pas parce que par le passé j’ai échoué, que ça va recommencer. “

Devenir optimiste envers l’avenir.

J’avoue tout, c’est facile à dire…

Pour rappel :

L’optimisme est une tendance générale à penser que l’issue des événements sera positive. Cette expression générale s’applique à son propre avenir en particulier (optimisme pour soi) mais également à celui d’autrui.

C’est en effet très important de penser de manière positive et d’espérer (ou même d’être persuadé) que l’issue de vos différents projets sera forcément positive.

Si vous pensez l’inverse, il y a de grande chance que vous vous auto-sabotiez.

D’ailleurs, je vous invite à lire cet article sur pourquoi réussir prend du temps.

Pour résumer :

La peur de l’échec provient principalement de l’idée que l’on s’en fait. Notamment car dès notre plus jeune âge, nous devions faire face à celle-ci.

Conclusion

Résumé.

Pour finir, je pense sincèrement que la peur de l’échec est totalement infondée. Celle-ci vient plutôt de l’idée que l’on se fait d’elle et des souffrances du passé.

Il ne s’agit pas ici de ne plus douter ou de ne plus se poser de question sur son avenir mais plutôt d’avoir peur de ce qui va se passer.

D’ailleurs, je tiens à insister sur un point, ne confondez pas objectifs et rêves. Même si vos objectifs doivent être ambitieux, ils doivent être réalisables.

Alors, apprenez à vous fixer des objectifs smart, oubliez le passé, vivez le présent intensément et n’ayez plus peur de votre avenir.

PS : J’attends votre avis avec impatience !  D’ailleurs, arrivez-vous à surmonter cette peur de l’échec ?

Pourquoi avons-nous peur de l’échec ?

  • Émotion instinctive.
  • Douleurs du passé.
  • Peur de l’avenir.
  • Se comparer aux autres.

Comment surmonter la peur de l’échec ?

  • Déstigmatiser l’échec.
  • Se fixer des objectifs et non des rêves.
  • Oublier le passé.
  • Devenir optimiste envers l’avenir.

Aller plus loin.

Je vous remercie d’avoir lu cet article jusqu’au bout.

De mon côté, je vous propose deux choses :

  • Me faire un retour en m’envoyant un e-mail, en commentant ou en m’envoyant un message privé sur les réseaux-sociaux.
  • En partageant l’article pour aider le plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *